19 rue Louis Guérin

     69100 Villeurbanne

     2 bis rue Georges Pilet 

     69720 St Laurent de Mure

        04 72 69 70 10

Fax : 04 72 44 34 89

      info@sofragec.com

© Copyright Sofragec 2016. Tous droits réservés.

Mentions légales 

  • SOFRAGEC TWITTER
  • Facebook Social Icon
  • Viadeo-icon
  • Google+ Social Icon

Nous sommes actifs sur les réseaux sociaux.

Rejoignez-nous pour ne manquer aucune information importante.

Please reload

Posts Récents

Voitures de societes : la TVS repart à la hausse

October 23, 2017

1/3
Please reload

Posts à l'affiche

L'exonération de charges des bons d'achat et des chèques cadeaux remise en cause par la Cour de cassation

14/04/2017

 

 

Méfiez-vous : même si l'exonération des bons d'achat et des chèques cadeaux figure en toutes lettres sur le site de l'URSSAF, les contrôleurs ne sont pas obligés de l'appliquer !

 

L'affaire

 

NB : cette affaire concerne une association mais elle peut aussi bien s'appliquer à toute entreprise.

A l'occasion d'un contrôle, l’URSSAF avait notamment réintégré dans l’assiette des cotisations et contributions sociales les bons d’achat et cadeaux en nature attribués aux salariés à l’occasion des fêtes de Noël.

 

Les juges

 

Le dirigeant exerce donc un recours en justice et obtient gain de cause auprès de la Cour d'appel, celle-ci ayant estimé qu’en application de l’instruction ministérielle du 17 avril 1985, les cadeaux et bons d’achat attribués à un salarié sont, par mesure de tolérance, exclus de l’assiette des cotisations lorsqu’ils sont attribués en relation avec un événement (ndlr : Noël en l'occurrence).

 

Par ailleurs, la cour d’appel reprenait la présomption de non assujettissement de ces bons d’achat et cadeaux puisqu'ils n’excédaient pas 5 % du plafond de la Sécurité sociale, comme cela est exigé dans la lettre ministérielle du 12 décembre 1988 et repris dans une lettre circulaire ACOSS du 21 mars 2011.

 

La Cour de cassation

 

Une tolérance ? Quelle tolérance ? Contre toute attente, les juges de la cour suprême font totalement fi des arguments des uns et des autres. Selon eux, c'est beaucoup plus simple : la fameuse tolérance dont bénéficient les bons d'achat et les chèques cadeaux résulte d'une circulaire et d'une lettre ministérielle qui sont totalement dépourvues de toute portée normative.

 

En effet, selon l'article L.242-1 du code de la sécurité sociale, les seules circulaires et instructions que les cotisants peuvent opposer aux URSSAF sont celles qui émanent du ministère chargé de la sécurité sociale et qui sont régulièrement publiées.

 

Or, en l'occurrence, l'exonération des bons d'achat et des chèques cadeaux résulte d'une simple circulaire de l'ACOSS (Association Centrale des Organismes de Sécurité Sociale) et d'une lettre qui, bien que ministérielle, n'a pas été publiée dans les règles voulues.

 

On attend avec impatience quelle sera la décision de l'URSSAF (ou plutôt du ministère) face à cette décision qui, une nouvelle fois, place l'employeur dans une situation d'incertitude insupportable.

 

Source : Cour de cassation, chambre civile 2 ; audience publique du jeudi 30 mars 2017 ; pourvoi n° 15-25453, publié au bulletin.

Partager sur Facebook
Please reload

Retrouvez-nous
Please reload

Archives
  • Facebook Basic Square
  • Twitter Basic Square
  • Google+ Basic Square

Sofragec est membre de l'ordre des experts-comptables